L’acclimatation des poissons – AQUA

Rasbora borapetensis à queue rouge aquarium acclimatation
Acclimatation des 19 Rasbora borapetensis dans mon 180 L. asiatique.

Bien que cela puisse paraître simple, l’acclimatation est un protocole essentiel à maîtriser pour assurer un taux de mortalité nul lors de l’ajout de nouveaux poissons…

1.Le transport

A partir du moment ou les poissons sont mis dans les sacs, la phase de transport commence. Ce n’est pas la phase la plus importante mais une bonne maîtrise de son déroulement est essentiel pour garantir la survie des nouveaux habitants.

L’objectif est de garantir la stabilité de la température et du taux d’O2 dans le sac. Commençons par la température : si vous effectuez le transport pendant l’hiver ou bien que vous estimez à plus d’une heure le temps qui sépare l’achat des poissons et leur acclimatation, l’idéal est d’effectuer le transport dans une boite en polystyrène. Si vous comptez effectuer une route beaucoup plus longue (plusieurs heures à plusieurs jours), alors l’usage de chaufferettes (jetables, elles sont de meilleur qualité) s’avérera utile. Maintenir une bonne température pendant le transport est essentiel si l’on veut éviter des désastres après l’acclimatation. J’ai moi-même eu un développement d’Ichtyophtirius multifiliis à la suite du transport d’un couple de ramirezis pendant l’hiver, et la température était descendue trop bas.

Pour ce qui est du taux d’O2, son maintient pose généralement moins de problème. Dans les boutiques spécialisées, on gonfle au dioxygène pur puis fermés hermétiquement. Cette pratique est malheureusement très rare dans les simples animaleries. Le cas échéant, assurez vous que le sac contient bien 2/3 d’air et 1/3 d’eau. Au cas où c’est un trajet particulièrement long qui vous attend, des pastilles de dioxygène existent. Elles sont disponibles dans le commerce, donnez simplement une pastille au vendeur en lui demandant de l’ajouter dans votre sac.

Si vous commandez par Internet, les boutiques spécialisées assurent un bon conditionnement. Donc pas besoin de vous inquiéter !

2.L’acclimatation thermique

Commencez par éteindre l’aquarium pour limiter le stress des nouveaux arrivants. Après le transport, les sacs ont perdus en température. Avant de commencer l’acclimatation osmotique (qui elle concerne pH, GH), je conseille de laisser les sacs fermés plonger environ 30 minutes dans l’aquarium pour équilibrer de la température de l’eau du bac et de celle du sac. L’acclimatation osmotique peut aussi servir d’acclimatation thermique, c’est pourquoi cette étape n’est pas obligatoire. Elle me permet seulement, comme je l’ai dit plus haut, de rééquilibrer la température du sac pendant que je prépare le matériel nécessaire pour la prochaine étape.

Quoiqu’il en soit, démarrez l’acclimatation dès votre arrivée pour ne pas perdre davantage en température.

3.L’acclimatation osmotique

Cette étape n’est quant à elle pas négligeable. C’est elle qui permet d’équilibrer avec douceur les paramètres de l’eau. Pour ce faire, on va ajouter de l’eau de l’aquarium très progressivement dans le sac de transport (ou un récipient dans lequel vous aurez vidé le sac). Afin d’effectuer ce mélange progressif, on utilise un système de goutte-à-goutte réglable. Et il s’agit là du système qui est, de loin, le plus sophistiqué de toute l’histoire ! Il se compose d’un morceau de tuyau en silicone diamètre 4/6 (la taille dépend de la distance qui sépare l’aquarium du sac de transport pendant l’acclimatation), et surtout, de… rien d’autre. Seulement du tuyau.

Pour lancer le goutte-à-goutte :

  • Plongez une extrémité du tuyau dans l’aquarium;
  • amorcez le siphon en aspirant l’eau par la bouche depuis l’autre bout du tuyau. Laissez l’eau couler vers le bas, et si le niveau de l’eau de l’aquarium se trouve au-dessus de l’extrémité du tuyau où l’eau débouche, le système continuera à couler automatiquement grâce à un phénomène d’appel d’air en continu.
  • Faites un nœud simple avec l’extrémité émergée du tuyau . Serrez-le de sorte à avoir un débit d’environ une gte/s.
  • Laissez les poissons s’acclimater dans l’ombre jusqu’à ce que le niveau de l’eau dans le sac ait au moins doublé.

4.Ajout des poissons dans l’aquarium

Lorsque l’acclimatation est terminée, munissez vous d’une épuisette et déposez les poissons dans l’aquarium ou dans le bac de quarantaine. En effet, il est fortement déconseillé d’ajouter l’eau du sac de transport dans votre aquarium, car l’eau peut contenir des antigènes n’ayant pas encore contaminé les poissons.

5.Procédures à appliquer après l’acclimatation

C’est bon ! L’acclimatation est terminée ! Laissez les poissons dans le noir jusqu’au lendemain matin. De plus, évitez de les nourrir le jour de l’acclimatation. Le lendemain, vous pourrez à nouveau les nourrir normalement. Si on ne nourrit pas le jour même, c’est pour éviter de surcharger la pollution : on ajoute déjà des poissons, alors pas la peine d’ajouter les restes de nourriture le même jour ! Surtout que les poissons sont encore stressés et ne vont la plupart du temps pas manger. Pour finir, surveillez l’apparitions d’éventuels symptômes la semaine qui suit. En effet, pendant un stress intense, le système immunitaire devient défaillant et c’est souvent là que les poissons tombent malade, par exemple d’une ichyophtiriose.
Bonne chance !
AQUA

AQUA
A propos de AQUA 4 Articles
Bonjour ! Je suis AQUA, passionné d'aquariophilie depuis mes 5 ans. J'ai rapidement commencé à m'intéresser à cette passion qui est loin d'être inintéressante et qui regorge de secrets. Aujourd'hui, tout en continuant moi-même d'apprendre quotidiennement des choses sur cette merveilleuse passion, je me suis fixé l'objectif d'aider les débutants quels qu'ils soient, que ce soit par YouTube ou Internet, avec les modestes connaissances que j'ai et que j'apprend chaque jour. Mais après tout, personne n'a la science infuse ! C'est sans doute pourquoi nous sommes si soudés en aquariophilie, c'est parce que dans cette passion, si on ne s'entraide pas, on arrive à rien ! Actuellement, j'ai 3 aquariums. Le plus petit est un 20 L., j'ai le projet de le remettre en eau dans quelques mois pour mettre un betta ou des killies. Ensuite, un 115 L. amazonien. Dans cet aquarium, je me suis fixé l'objectif de respecter en tout point les contraintes imposés par le biotope. Il possède actuellement un couple de ramirezis, des corydoras et de tétras citrons. Enfin, le plus gros et un 180 L. asiatique. Il n'est pas encore vraiment mis en eau, mais le sera d'ici deux mois. Il sera habité par des crevettes d'amano, un couple de gouramis nains et puis un banc de rasbora à queue rouge. Puisque je sais qu'on va me poser la question... Mes aquariums sont ils low-tech ?? Non, mes aquariums sont filtrés normalement. En effet, j'ai des aquariums qui sont planté selon la norme (j'aime bien garder un peu de place pour le "hardscape"), et ma population est elle aussi standardisé, ce qui ne convient pas idéalement à des bacs low-tech. Cela dit, je ne dis pas que le low-tech ne fonctionne pas, puisque des gens arrivent à le faire, je dis seulement que comme les aquariums naturels "classiques", le low-tech impose certaines contraintes qui ne conviennent pas systématiquement à mes aquariums et à ce que j'aime faire.

2 Comments

  1. C’est quant que Pascal remettra une video ? ÇA FAIT BIENTÔT DÉJÀ 2 MOIS….on est bien sur Pascal Aquarium Naturel ? ….reviens-nous viiiite ! Vive l’aquariophilie

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.